Guide des bonnes pratiques de conception RE2020 à destination des architectes / dessinateurs

En RT2012, nous ne remettions pas en cause les plans du projet. S’ils étaient mal conçus sur l’aspect thermique, nous pouvions compenser en sur isolant le projet. Cela menait à une conformité Bbio RT2012. En RE2020, le niveau d’exigence devient très élevé et pour certains projets, la sur isolation ne suffit pas. La conception bioclimatique devient essentielle.

L’architecte / dessinateur / maitre d’œuvre devra trouver le bon équilibre entre la conception bioclimatique, le terrain, le PLU, l’aspect architectural, les souhaits du client. Un travail important est à faire en phase conception, avant le dépôt du permis de construire.

Pour que le projet que vous avez conçu respecte facilement la RE2020, voici les règles de conception bioclimatique (ou points de vigilance) à suivre :

Compacité

Plus le projet est compact, moins il est déperditif. Les meilleurs résultats sont obtenus avec les projets cubiques ou rectangulaires. Les projets avec des discontinuités augmentent le périmètre de la construction, donc la surface déperditive, donc le Bbio.

Lors de nos simulations de test, à surface habitable égale, nous avons noté un écart allant jusqu’à 10 points de Bbio entre un projet compact et un projet non compact.

Orientation 

Une bonne orientation permet de maximiser les apports solaires gratuits en hiver et réduit ainsi le besoin de chauffage

Les fenêtres et baies doivent majoritairement être orientées sud, avec raison à l’est et à l’ouest et au minimum au nord (uniquement pour lumière). Classiquement, les pièces de jour sont au sud, la cuisine sud-est, le salon sud-ouest et les wc, salles de bains et le cellier au nord.

Lors de nos simulations de test, pour un même projet, nous avons noté un écart allant jusqu’à 10 points de Bbio entre un projet bien orienté (ouvertures majoritairement au sud) et un projet mal orienté (ouvertures majoritairement au nord)

Surface vitrée raisonnable

Comme vu ci-dessus, les surfaces vitrées bien orientées sont bénéfiques. Néanmoins, la surface vitrée doit rester raisonnable. Une surface vitrée extrême engendre des conditions intérieures extrêmes (déperditions très élevées et phénomène de paroi froide en hiver, surchauffes en été).

Une surface vitrée est environ 5 à 8 fois plus déperditive qu’une paroi plein isolée.

La RE2020, comme la RT2012, impose que la somme des surfaces des baies soit supérieure à 1/6 de la surface habitable. Ce ratio est équilibré. Il est déconseillé d’avoir une surface vitrée supérieure à 1,5/6 de la surface habitable.

Performance de l’enveloppe (plancher, murs, toiture, etc.)

La RE2020 impose un renforcement global de l’isolation par rapport à la RT2012. L’exigence reste globale et non éléments par éléments (rien n’est interdit).

A titre indicatif (il n’y a pas de règle générale, tous les projets sont différents), voici la performance d’un projet type RE2020 :

Plancher bas : R entre 4.5 et 6.5 m².K/W (soit 10 à 14cm de mousse de polyuréthane en panneau sous chape par exemple)

Murs extérieurs : R entre 4.5 et 6.5 m².K/W (soit 14 à 16cm de laine minérale sur murs idéalement en brique plutôt que parpaing, 14cm de laine minérale entre montants et 6cm de laine minérale sur montants pour les murs ossature bois)

Planchers hauts : R entre 8 et 10 m².K/W (soit 32 à 40cm de laine minérale déroulée dans le cas de combles perdus)

Traitement de l’ensemble des ponts thermiques (rupteurs ou planelles isolantes)

Menuiseries haut de gamme (Uw ≤ 1.5 W/m².K en aluminium et Uw ≤ 1.3 W / m².K en PVC)

Etanchéité / perméabilité à l’air

Plus un logement est étanche, moins il est déperditif.

La performance de perméabilité à l’air de l’enveloppe du bâti reste la même qu’en RT2012 : 0.6 m3/h.m2 en maison individuelle neuve et 1 m3/h.m2 en logements collectifs neufs

Avec l’expérience de la RT2012, ces niveaux sont désormais facilement respectés. L’augmentation de l’exigence sur l’étanchéité, à titre volontaire, permet d’être plus simplement réglementaire. En concertation avec toute l’équipe de maitrise d’œuvre, il est pertinent de jouer sur ce curseur.

Nombre de pièces d’eau 

Pour toute pièce humide (cuisine, salle de bains, wc, cellier), il est nécessaire de prévoir une bouche d’extraction afin d’assainir l’air. Chaque bouche d’extraction entraine des déperditions par renouvellement d’air. Il est donc conseiller de limiter le nombre de pièces humides.

Lors de nos simulations de test, à surface habitable égale, nous avons noté un écart allant jusqu’à 5 points de Bbio lorsque nous ajoutons une salle de bains.  

Astuce : Dans le cellier, il faut prévoir une bouche d’extraction uniquement si la pièce est équipée d’un élément générant de l’humidité (évier, machine à laver / sèche linge, etc.). Pour éviter la bouche d’extraction, placer dans le cellier uniquement les équipements de chauffage / ventilation et placer l’évier et la machine à laver / sécher dans la cuisine (équipée d’une bouche d’extraction). Si le cellier et la cuisine sont accolés, supprimez la porte et donc la seconde bouche d’extraction.

Gestion automatisée des protections solaires (occultants)

La mise en place d’une solution domotique de gestion automatisée des occultants (volets roulants, brises soleils orientables motorisés, stores, etc.) devient la norme

Lors de nos simulations de test, nous avons noté que la gestion automatisée des protections solaires permet de gagner jusqu’à 10 points de bbio, 4 points de Cep et 200 degrés heures DH

Vous aimez cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager par Email

4 réponses

    1. Bonjour,
      La RE2020 est très sensible à l’inconfort d’été, via le coefficient réglementaire DH. Le standard actuel est la mise en place de volets roulants avec gestion automatique. L’essentiel est que les protections solaires soient extérieures, mobiles et à occultation totale. Désormais, la gestion automatique des protections solaires valorise fortement le calcul. Les volets battants bois sont performants mais moins pratiques que les volets roulants et sans régulation automatique. Seule l’étude RE2020 permet de valider ce qui est possible ou non.
      N’hésitez pas à nous solliciter pour d’éventuelles précisions complémentaires.
      Cordialement,
      Kalegos

  1. si je prévois des ouvertures surtout au SUD, il fera trop chaud dans la maison en été …. La clim est possible ?

    1. La mise en place d’ouvertures au sud, avec raison, est un excellent choix. Cela vous permet en automne, hiver et printemps, de profiter des apports solaires gratuits et maximiser le rayonnement solaire direct dans votre ambiance. Cela réduit la consommation de chauffage et cela rend la maison agréable à vivre.

      Pour l’été, pour bloquer le rayonnement solaire direct, il est nécessaire de prévoir des protections solaires extérieures, mobiles, idéalement régulées et à occultation totale. Pour maximiser encore le confort d’été, vous pouvez augmenter l’inertie du projet (mur de refend lourd, plancher intermédiaire lourd, etc.). N’hésitez pas à nous solliciter pour d’éventuelles précisions complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.